Le pèlerinage de Malcolm X

[Extrait de ‘Héros de l’Islâm’, ‘Issâ Meyer]

(…) Dévoué corps et âmes aux causes qu’il défendait, capable de travailler sans relâche et chaque jour avec moins de quatre heures de sommeil, doté d’une morale personnelle irréprochable, Malcolm X était un inépuisable stakhanoviste de l’activisme, ainsi que devait plus tard l’affirmer Louis Farrakhan, pourtant l’un des responsables de sa mort : « Personne ne pouvait le prendre en défaut. Il avait une intelligence brillante. Il était discipliné. Je n’ai jamais vu Malcolm fumer. Je ne l’ai jamais entendu jurer. Je ne l’ai jamais vu faire de l’œil à une femme. Je ne l’ai jamais vu manger entre les repas. Il mangeait une fois par jour. Il se levait à cinq heures du matin pour dire ses prières. Je n’ai jamais vu Malcolm arriver en retard à un rendez-vous. Malcolm était réglé comme une horloge. » C’est sans aucun doute cette droiture morale qui lui permit d’accomplir tant avec si peu, de rendre fierté et espoir aux siens et de laisser un tel impact sur sa communauté et sur le monde ; et, surtout, d’être guidé, moins d’un an avant sa mort, à l’islâm authentique et de guider à son tour des milliers d’âmes par son simple exemple. Mais ce qu’il laisse en héritage est peut-être le plus éloquemment exprimé en cette émouvante lettre à ses frères de Harlem, au terme de son pèlerinage à Makkah :

« Jamais je n’ai connu d’hospitalité aussi sincère ni de fraternité aussi bouleversante que celles des hommes et des femmes de toutes races réunis sur cette vieille Terre Sainte, patrie d’Abraham, de Muhammad et des autres prophètes des Saintes Écritures. Durant toute la semaine qui vient de passer, j’ai été à la fois interdit et charmé par la bonté et la gentillesse déployées, autour de moi, par des personnes de toutes les couleurs. J’ai eu la chance de visiter la cité sainte de Makkah, j’ai fait sept fois le tour de la Ka’ba, guidé par un jeune nommé Muhammad. J’ai bu l’eau du puits de Zam-Zam, j’ai fait sept fois l’aller-retour, en courant, entre les collines de Safa et Marwa. J’ai prié dans l’ancienne cité de Mina et j’ai prié sur le mont Arafat. Il y avait des dizaines de milliers de pèlerins, qui étaient venus de partout à travers le monde. Ils étaient de toutes les races, il y avait des blonds aux yeux bleus et des noirs africains. Mais nous nous soumettions tous aux mêmes rituels, dans un esprit d’unité et de fraternité que mes expériences, aux États- Unis, m’avaient amené à croire impossible entre un Blanc et un Noir.

L’Amérique a besoin de comprendre l’islâm, parce que c’est la seule religion qui ignore le racisme. À travers mes voyages dans le monde musulman, j’ai rencontré, discuté et même mangé avec des gens que nous aurions considéré comme des Blancs, aux États-Unis – mais la mentalité du Blanc était absente de leur esprit et avait été remplacée par l’islâm. Jamais auparavant je n’avais vu une telle fraternité réunissant des gens de toutes les races. Peut-être serez-vous renversés par ces mots, surtout venant de moi. Mais ce que j’ai vu et vécu au cours de ce pèlerinage m’a obligé à réviser certaines idées qui étaient miennes, à rejeter certaines conclusions auxquelles j’étais parvenu. Cela n’a d’ailleurs pas été très difficile. Car en dépit de mes fermes convictions, j’ai toujours été un homme qui sait faire face à la réalité et qui l’accepte, qui aime vivre de nouvelles expériences et apprendre de nouvelles choses. J’ai toujours gardé un esprit ouvert, ce qui est nécessaire à une flexibilité qui va de pair avec toute quête intelligente de la vérité.

Au cours de mes onze derniers jours, ici, dans le monde musulman, j’ai mangé dans le même plat, bu dans le même verre, dormi sur le même tapis et prié le même Dieu que mes frères musulmans aux yeux les plus bleus, aux cheveux les plus blonds et à la peau la plus blanche qui soient. Dans leurs paroles comme dans leurs actes, les musulmans « blancs » sont aussi sincères que les musulmans « noirs » d’Afrique, qu’ils soient du Nigéria, du Soudan ou du Ghana. Nous sommes véritablement frères. Parce qu’ils croient en un seul Dieu, ils excluent de leur esprit, de leurs actes et de leurs comportements toutes considérations raciales. J’ai pensé, en les voyant, que si les Blancs américains admettaient l’Unicité de Dieu, ils pourraient peut-être admettre également l’unicité de l’Homme et ils cesseraient de s’affronter, de nuire à autrui pour des raisons de couleur. Le racisme étant le véritable cancer de l’Amérique, nos «chrétiens» blancs devraient se pencher sur la solution islamique du problème ; solution qui a fait ses preuves et qui pourrait peut-être intervenir à temps pour sauver l’Amérique d’une catastrophe imminente – celle-là même qui s’est abattue sur l’Allemagne raciste et qui a fini par détruire les Allemands eux-mêmes.

Chaque heure passée ici en Terre sainte m’a permis de mieux comprendre le problème racial des États-Unis. L’on ne saurait blâmer le Noir pour son agressivité dans ce domaine : il ne fait que réagir à quatre siècles de racisme conscient de la part des Blancs. Mais si le racisme mène l’Amérique au suicide, je crois que les jeunes Blancs de la nouvelle génération, ceux des universités, verront ce qui crève les yeux, et que nombre d’entre eux opteront pour la vérité spirituelle. C’est le seul moyen qu’ait encore l’Amérique d’éviter le désastre auquel mène inévitablement le racisme.

Jamais je n’ai été honoré comme ici. Jamais je ne me suis senti plus humble et plus digne. Qui aurait cru qu’un simple Noir américain serait comblé de tant de bénédictions ? Il y a quelques nuits de cela, un homme que l’on aurait appelé un « homme blanc » aux États-Unis, un diplomate de l’ONU, un ambassadeur, un ami des rois, m’a gracieusement cédé sa suite à l’hôtel, m’a donné son lit pour la nuit. Jamais je n’aurais même rêvé d’être l’objet d’un pareil honneur, d’un honneur qui, aux États-Unis, aurait été réservé à un roi, et non à un Noir.

Louange à Allâh, le Seigneur des mondes ! »

Malcolm X et le roi Faysal d’Arabie

Laisser un commentaire