L’arche de Kisra

Il fut un temps où Ctésiphon, al-Mada’in pour les Arabes, régnait en maître sur une bonne partie du monde : capitale du puissant empire perse sassanide, sa prospérité était symbolisée par une gigantesque arche, la plus grande voûte de briques jamais construite par l’Homme. Haute de 37 mètres & large de 50, cette merveille architecturale richement décorée menait directement à la salle du trône, elle aussi impressionnante par sa démesure, d’où l’auto-proclamé “Roi des Rois” (padishah) gouvernait ses terres qui semblaient sans limites.

23172585_390549171359366_5277793250632113355_n

Puis vinrent la Révélation, dans le désert d’Arabie voisin, les campagnes de Khalid ibn al-Walid, la grandiose bataille d’al-Qadisiyya. En moins d’une décennie, le glorieux Empire perse s’effondra sous les coups de boutoir des porte-étendards de cette nouvelle Foi qui ne visait ni plus ni moins que de s’étendre à l’humanité toute entière. Ainsi que l’avait prédit le Prophète ﷺ‬ exactement dix ans plus tôt lors de la bataille du Fossé, les richesses d’al-Mada’in tombèrent entre les mains des musulmans en 637 – et plus jamais il n’y eut de ‘Kisra’. La légende veut que le conquérant de l’Iraq & grand sahâba Sa’d ibn Abî Waqqas (RA), après avoir pris la ville, ait récité les versets suivants en voyant la fameuse & majestueuse Arche :

‘Que de jardins & de sources ils laissèrent [derrière eux],
Que de champs & de superbes résidences,
Que de délices au sein desquels ils se réjouissaient.
Il en fut ainsi & Nous fîmes qu’un autre peuple en hérita.
Ni le ciel ni la terre ne les pleurèrent & ils n’eurent aucun délai.’

(ad-Dukhân, 25/29)

23032855_390549214692695_8757616370400120706_n

D’abord transformée en mosquée, elle fut vite abandonnée & oubliée par l’Histoire, à l’image de l’empire qui l’avait bâtie. Et tel un symbole de cette loi coranique & universelle, l’Arche de Kisra est de nos jours le dernier vestige encore visible de la grande métropole antique de Ctésiphon, quelque part au milieu du désert au Sud-Est de Bagdad…

‘Issâ Meyer, 11 safar 1439.

Laisser un commentaire